HELLO MASSAAAAAGE (version Française)

Hello massaaaaage… one hour 300 Baaaaht …” chantent en chœur de ravissantes jeunes Thaïlandaises habillées de sarongs en batik et de chemises en soie dans les rues de Patong sur l’île de Phuket.

Alors que je m’arrête pour considérer leur aimable proposition, je sens des mains qui se mettent à grouiller partout sur mon corps. L’une caresse mon bras gauche, une autre me tire gentiment par la main droite, et de nombreuses autres me flattent le dos. De grands yeux bruns en amande me regardent, de suaves murmures s’échappent de lèvres pulpeuses vers mes oreilles …

Es-tu la déesse Guanyin-aux-mille-bras-et-aux-mille-yeux qui a fait le vœu de n’avoir aucun repos tant que tu n’auras pas libéré tous les êtres sensibles du cycle des réincarnations ? Penses-tu vraiment que je suis l’une de ces malheureuses créatures qui doit être sauvée ?

Êtes-vous Concupiscence, Jouissance et Volupté, les filles de Maara qui essayez de me séduire ? Voulez-vous me détourner d’une vie pieuse ?Qu’a dit le Bouddha déjà…? 

Je préfère mourir maintenant en me débattant

Que de continuer à vivre vaincu…

Je trouve une excuse, fais mon plus beau sourire et je m’en vais vers mon destin qui m’attend seulement 20 ou 30 mètres plus loin dans la même soi.

Hello massaaaaage …” ah quelle douce musique à mes oreilles. Mais pour certaines personnes c’est juste un inconvénient supplémentaire de ce lieu, et elles ignorent avec dédain et agacement les chants de sirène des masseuses qui vous proposent des plaisirs ineffables. C’est vrai qu’il y a vraiment beaucoup de salons proposant à qui mieux mieux des massages de tête, de mains, de pieds, des massages traditionnels Thaïs et des massages à l’huile. Il y en a même qui ont une affiche avec un dessin montrant les zones réflexes du pied qui sont supposées correspondre à un organe, pour prouver leur expertise et leur compétence. Que penseriez-vous d’un restaurant grill qui aurait un dessin de la découpe du bœuf sur le menu ? Est-ce que ça prouverait qu’ils peuvent cuire comme il faut un morceau de bavette ?

Certains centres sont des lieus très privés et intimes, tandis que d’autres exercent derrière des vitrines qui donnent sur la rue et où tout le monde peut voir ce qui se passe à l’intérieur.

Là-bas elles portent la qipao, cette robe chinoise en soie de couleur vive et brodée de fioritures, vous savez bien cette robe longue qui met en valeur la silhouette féminine, oui, oui, celle qui a sur le côté cette fente si sexy qui monte jusqu’à la hanche révélant ainsi à chaque pas une cuisse à la peau claire et satinée.

En face, de l’autre côté de la rue, de grandes masseuses filiformes à la peau très brune portent des robes décolletées qui exposent des seins refaits qui pointent comme des obus. Leurs visages ont ce quelque chose d’indéfinissable qui vous laisse l’impression tenace qu’on pourrait bien vous avoir roulé… Bon, n’importe qui a le droit de gagner sa vie avec ce que la nature ou la chirurgie lui a donné !

Hello massaaaaage …“Ici elles ont des chemises bleues pales, un sarong assorti et les habituelles sandales à semelle en bois. J’aime bien ce look sage et bien que ces filles ne soient pas timides elles ne font pas poufiasses non plus.

Je préfère sourire maintenant en me détendant

Que de continuer à vivre en reclus…   

Cette après-midi j’ai envie d’un massage à l’huile, je suis donc une proie facile et je me rends facilement à leurs arguments. Une fille m’emmène à l’intérieur. L’endroit n’est pas très affairé à ce moment de la journée parce que la plupart des thons et des crevettes farang sont sur la plage en train de faire des efforts désespérés pour se transformer en homards rouges, et il s’avère qu’en fait je suis le seul client.

Ma masseuse attitrée est plus petite que moi, elle semble être physiquement en forme, elle a une peau plutôt claire, ses cheveux sont noués en un chignon. Je trouve son visage avenant et comme beaucoup de Thaïlandaises elle a une démarche gracieuse. Avant d’aller plus loin, si vous n’aimez pas le look de la fille, je vous conseille fortement d’en demander une autre. Le but des massages est de se relaxer et vous devez vous sentir bien de A à Z.

Dans la pièce il y a deux rangées de matelas posés à même le sol, ils peuvent être isolés les uns des autres par des rideaux coulissants ou bien regroupés selon les besoins. La climatisation n’est pas en route parce qu’en novembre la température est encore raisonnablement douce. De la musique d’ambiance Thaïe plane dans l’air.La masseuse isole un matelas pour moi et me dis :

“Enlève tous tes habits et attends moi là”, en me montrant du doigt le petit salon privé qu’elle vient d’aménager.

“…Tous ?”

“Oui !”

“Oh oh ! ”

Voyons voir : je ne suis pas au Christin, le centre de massage body-body, ni dans l’un des autres établissements coquins de soi Kepsap… Je suis en pleine forme et ça ne me fait pas peur d’être pris au piège nu avec une fille qui bien que pas supercanon n’en est pas moins attirante…Eh bien, voyons comment les choses vont évoluer. Un peu d’imprévu, n’est-ce pas ce qui fait le charme des vacances en Thaïlande ?

Si vous le permettez, je voudrais juste faire une autre petite digression.

En Thaïlande, ou en Chine d’ailleurs, tout est possible à l’intérieur du salon de massage, mais même si la «prestation complète» ou la «finition» est envisageable, c’est la plupart des cas une affaire qui ne regarde que la fille et vous. Vous ne pouvez pas forcer une fille à fournir cette «prestation complète» si elle n’est pas partante. D’autre part, vous payez l’établissement pour ce qui est affiché à l’accueil et vous payez directement la fille pour les extras.

Mais d’abord vous devez vous sentir bien avec la fille, et vous devez être à 100% sûr qu’elle l’est aussi avec vous. Aussi, pas de précipitation, prenez le temps de vous détendre d’abord avec le massage. Au fur et à mesure de l’avancement de la séance et au fil de la discussion, vous allez devenir plus intimes pavant ainsi le chemin pour éventuellement plus à la fin.

Autrement, dans les premières quinze minutes, vous allez vous retrouvez en train de tringler un poids mort qui attendra patiemment que ce soit fini simulant quelques gémissements de plaisir tout en pensant aux corvées ménagères qu’il lui reste à faire de retour à la maison… Ce ne sera pas vraiment une « finition » mais bien une fin parce qu’elle aura tôt fait de vous mettre dehors, la fille devenant tout d’un coup nettement moins disposée à vous faire le vrai massage. Pourquoi ? Parce qu’elle en aura conclu que n’êtes venu que pour baiser et non pour vous faire masser, et aussi parce qu’elle vous aura déjà assez vu.

Le salon privé où j’attends nu est très sombre, aussi quand la masseuse revient je ne me sens pas du tout embarrassé. Elle porte maintenant un short et un T-shirt tout simplement parce que c’est plus pratique qu’un sarong et une chemise, elle amène une bouteille d’huile et quelques serviettes.À ce stade si vous avez le choix, je vous conseille de vous allonger sur le ventre pour qu’elle puisse commencer à vous masser le dos et ceci pour différentes raisons. Premièrement, si vous êtes timide, ça ménage tout simplement votre pudeur. Deuxièmement, si vous êtes chaud, ça va vous aider à vous contrôler : vous sentirez ses mains ou le poids de son corps lorsqu’elle vous chevauchera pour vous manipuler, mais vous ne la verrez pas. C’est le bon moment pour faire les présentations et une plaisanterie me semble la façon idéale de commencer :

“<Sniff> <Sniff> Cette huile sent bon. Est-ce que c’est la même que pour la vinaigrette ? ”

“Oui, c’est kif-kif, et après je te mange ! ”

“Je t’en prie, ne te gêne pas, je suis curieux de voir ça ! ”

S’ensuit une conversation qui commence bien sûr avec “tu t’appelles comment ?” et où j’apprends que Yen a étudié pendant deux ans l’art du massage au Wat Po de Bangkok tout en gagnant sa vie en formant des débutants aux techniques de bases du massage. Elle fait des massages depuis six ans, elle a vingt-huit ans, est mère d’une petite fille de sept ans qu’elle a eu avec un Thaïlandais à Khon Kaen, sa ville natale. Elle travaille de onze heures du matin à onze heures du soir.

Je lui ai demandé un massage relaxant et ses mains pétrissent, effleurent, percutent, étirent gentiment mon dos pendant les vingt premières minutes. Si vous demandez un massage tonique, et que vous n’en avez pas l’habitude, je vous préviens que ça peut être douloureux, surtout lorsqu’elle fera rouler les muscles de votre dos avec son coude. Attendez-vous à avoir des courbatures le jour suivant. Mais après récupération j’ai remarqué des gains en puissance musculaire durable dans le temps.

Quand vient le moment de passer au bas du corps, le massage commence à faire son effet et apaise mon esprit tout comme l’huile a apaisé ma peau en s’y imprégnant, et je ne tique même pas quand elle enlève la serviette qui couvrait mes fesses.

Alors que ses mains glissent sur cette partie de votre corps, elle pourrait bien caresser de façon occasionnelle et légère vos testicules. Tant que ce n’est pas trop insistant, il n’y a pas de quoi s’offusquer.

Maintenant la conversation s’est tarie parce que je sombre dans un état de relaxation. De temps en temps j’entends un “ça va ?” auquel je murmure un “super !” Je suis entre les mains d’une personne qui connait bien son travail, mes muscles sont chauds, je suis détendu et elle peut maintenant étirer mes jambes et mes lombaires avec des mouvements de flexion et de torsion auxquels je n’oppose aucune résistance.

“<Gloussement> [Thaï incompréhensible] oh ! Tu as les pieds froids ! ”

“Nous avons un dicton en France, «à mains ou pieds froids, cœur chaud » ”

Elle semble d’accord. Je continue :

“En fait, avant de venir ici j’ai nagé dans la piscine de l’hôtel et l’eau était plutôt froide”

“Où est ton hôtel ?”

“Pas loin d’ici, près du Tai Pan, la boîte de nuit”

“Ta femme est restée à l’hôtel ?”

“Non”

“Elle est à Hong Kong alors ?”

“Non, elle vit en France avec les enfants”

“Oh ! Tu vis et travailles à Hong Kong et ta femme reste en France… Tu as une copine à Hong Kong ?”

“Quelquefois”

“<Gloussement > Oh ! Quel coquin”

Une fois les jambes finies elle me donne une petite tape, le signal pour que je me retourne, et je m’allonge sur le dos. Prestement elle couvre mes parties avec une serviette.À ce point là, il est encore facile de contrôler la situation, parce que vous êtes détendus, vos pensées dérives sans se fixer, vous ne pensez pas spécialement au sexe, mais par pour longtemps je vous le garantis.

Habituellement elle continuera en massant le haut du corps mais avant elle appliquera des pressions avec les paumes de ses mains et en utilisant tout le poids de son corps sur vos pieds, puis sur le dessus de vos cuisses, sur vos hanches, vous escaladant de plus en plus haut. Et c’est là que ça commence à devenir chaud.

Si vous ne voulez pas de «finition» c’est le moment critique et vous n’aurez pas d’autres choix que de regarder le plafond en vous vidant l’esprit ou en pensant à ce chef que vous méprisiez tant que vous aviez envie de le massacrer chaque matin en arrivant au travail, autrement…

Elle vous fait désormais face et vous pouvez sentir son haleine tiède et douce alors qu’elle se penche sur vous avec cet angle qui donne la meilleure perspective possible sur sa poitrine. Vous vous êtes tout deux accoutumés à la pénombre. Vous pouvez vous regarder dans les yeux et si vous souriez alors qu’elle est assise sur votre aine et si elle vous répond avec un sourire sincère, vous saurez alors qu’elle pourrait bien être d’accord pour plus.

Parce qu’elle contrôle parfaitement la situation : elle n’est pas assise là par hasard, elle pourrait s’asseoir à côté de vous sans que ça lui pose de problèmes pour vous manipuler ; la douce peau de ses cuisses n’a pas été en contact avec la votre par hasard, elle ne vous dévisage pas en souriant non plus par hasard…

Vous allez vous approcher un peu plus près du Paradis parce que ses mains massent maintenant vos pectoraux et qu’en même temps son corps svelte dont le poids est centré sur ses fesses fait de tout petits mouvements de va et vient qui va frotter et réveiller cet organe qui dormait jusqu’alors sous la serviette du sommeil du juste. Et bien sûr elle va le sentir.

Ensuite elle va frictionner votre tablette de chocolat, ou votre Dunlop, en descendant très bas, suffisamment pour toucher ce que vous savez, mine de rien bien sûr. Pour cela elle va s’asseoir sur vos cuisses et de nouveau vous pouvez jouir du contact de sa douce peau.

Ensuite, pour s’occuper de vos cuisses, elle va s’agenouiller entre vos jambes en posant ses fesses sur ses talons. De là elle a une bonne vue sur ce qui se passe sous la serviette, et elle est aussi au bon endroit pour couvrir la zone qui s’étend du bas de votre ventre jusqu’à vos genoux.

Vous avez déjà passé quarante à cinquante minutes avec cette fille, elle a exécuté 80% de ce qu’elle était supposée faire, et vous devez décider maintenant si vous voulez plus.

La fille est dans une situation similaire. Elle connait votre corps et en sais un peu plus sur vous, et même si elle a senti une palpitation sous la serviette elle peut tout simplement l’ignorer, à moins qu’elle ne soit dans de bonnes dispositions. De part mon expérience, celles qui le feraient avec n’importe quels types essaieront en début de séance pour augmenter leurs revenus horaires. Par contre celles qui sont un peu plus consciencieuses, plus sélectives et qui ne sont pas contre une bonne partie de jambes en l’air s’accordent également le temps de se sentir à l’aise.

La serviette ressemble maintenant à un tipi solitaire dans Les Grandes Plaines et sans aucun avertissement préalable elle la fait disparaître.

Elle verse soigneusement de l’huile dans la paume de sa main et elle l’applique délicatement sur cette partie de mon corps qui avait été négligée jusqu’alors. Oh oh, ne serait-elle pas en train de préparer un mât de cocagne ?

Les sensations cumulées produites par la friction et la chaleur apportée par l’huile sont bien sûr géniales mais néanmoins relaxantes. C’est toujours du massage, n’est-ce pas ? Ou avons-nous dépassé le point de non retour ?

“500 Bahts ?” me demande-t-elle en me caressant de façon plus appuyée.

“Tout doux, tout doux ma jolie… 500 Bahts, la totale maintenant”.

“La totale, 1000 Bahts” me répond-elle les mains toujours en action.

“1000 Bahts… tu demandes trop… <moue déçue> tu trouves que je ne suis pas un bon coup…<moue déçue> tu penses que ça va pas être drôle…” je lui rétorque en regardant le plafond <soupir>.

“1000 Bahts, je vais à ton hôtel ce soir, je ferai tout ce que tu veux”.

“500 Bahts, la totale maintenant …si je suis content je te donnerai un peu plus”.

Elle relâche alors sa prise sur mon équipement et elle me donne le baiser le plus long et le plus délicieux que j’ai reçu depuis fort longtemps.

Je commence à la déshabiller avec douceur et je dégrafe son soutien-gorge sans aucune difficulté ce que je prends pour un bon présage. Comme de nombreuses Thaïlandaises elle porte un modèle rembourré, j’imagine que c’est pour cacher les tétons, ce qui est l’un des nombreux paradoxes de ces filles, pudiques en public, débridées en privée.

Il était temps que je lui enlève sa culotte, Yen étant déjà mouillée et prête à me recevoir. J’utilise le dernier neurone encore en activité pour ne pas oublier le préservatif et ensuite nous faisons la chose la plus agréable qu’un homme et une femme peuvent faire ensemble.

Nous jouissons en même temps, ce qui arrive rarement dans ce genre de situation je dois bien l’admettre. Contrairement à d’autres femmes qui veulent que vous vous retiriez aussi tôt fini pour se ruer dans la salle de bains et se débarrasser des moindres traces de vous, elle veut que je reste plus longtemps à l’intérieur d’elle, elle me tient fermement tandis que son corps est de temps en temps encore secoué de spasmes. Elle est totalement abandonnée dans mes bras et sans aucune force. Dans ces conditions ce n’est pas un problème pour moi de rester dur un peu plus longtemps et je la laisse savourer l’instant et récupérer.

“GoP, tu m’as fait du bien” murmure-t-elle.

“J’ai pris du plaisir moi aussi Yen”.

“Je finis le boulot à vingt-trois heures. Tu aimes danser ?”

“Je ne vais pas te faire de fausses promesses. Ce soir je vais dîner avec des amis et après je ne sais pas trop ce que nous ferons. De toute façon je sais où te trouver. Je vais rester une semaine ici, je reviendrai peut-être te voir”.

Nous nous rhabillons et je lui tends 1000 Bahts. Je n’attends pas d’elle qu’elle me rende la monnaie. Nous sortons de la pièce l’air de rien, et me revoilà parti dans la soi ensoleillée.

Hello massaaaaage… one hour 300 Baaaaht …” chantent en chœur de ravissantes jeunes Thaïlandaises habillées de sarongs et de chemises en soie…

L’auteur peut être contacté à : GatesofParadox@gmail.com

C’EST QUE ÇA M’A DONNÉ SOIF D’ÉCRIRE TOUT ÇA ! VOUS VOYEZ LE BOUTON « BUY ME A BEER » SUR LE CÔTÉ GAUCHE DE L’ÉCRAN ? IL SERT À QUOI À VOTRE AVIS ?